Show Buttons
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkdin
Hide Buttons

Le Diamant Bleu

L’histoire du diamant bleu ? Un parcours atypique qui nous entraine dans la spirale d’une véritable enquête policière à travers les siècles : découvertes en France et à l’étranger, malédictions, vols, métamorphoses, résurrection…

Gouaché original de la Toison d'Or de Louis XV (à droite) et reconstitution moderne (à gauche).
Gouaché original de la Toison d’Or de Louis XV (à droite) et reconstitution moderne (à gauche).

En 1668, Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689), fils de cartographe, négociant et grand voyageur, rapporte de son sixième voyage en Orient une grande quantité de gemmes. En 1669 il vend à Louis XIV 1122 petits diamants et 45 autres d’une grosseur exceptionnelle. Le plus grand de tous, taillé en forme de cœur à la mode indienne, est de couleur bleue.

Le Diamant Bleu, appelé par Colbert le « Diamant Bleu de la Couronne de France », ou le « Bleu de France » (« French Blue ») ou encore le « Bleu de Tavernier », pèse à l’achat 115 carats. Il provient des mines du royaume de Golconde en Inde. Le diamant est confié à Jean Pittan, « diamantier du roi » qui met deux ans à élaborer une taille dite en « rose de Paris », un véritable chef d’œuvre à 72 facettes. Après sa taille, le Diamant Bleu pèse 69 carats.

Louis XIV et Louis XV le portent d’abord en pendentif, puis la gemme est montée sur l’insigne de la Toison d’Or commandé par Louis XV à Pierre-André Jacquemin (1720-1773) en 1749. Elle était placée en-dessous du Côte-de-Bretagne, un gros rubis balay (ou spinelle) de 107,88 carats, taillé en forme de dragon crachant des flammes serties de 84 diamants peints en rouge, et au-dessus de la dépouille de bélier sertie de 112 diamants peints en jaune.

Entre le 11 et le 16 septembre 1792, la Toison d’Or disparait lors du  vol dramatique des Joyaux de la Couronne au Garde-meuble du roi place de la Révolution (place de la Concorde). A partir de ce moment-là, on perd sa trace.
Le 19 septembre 1812, soit vingt ans après le cambriolage, un diamant de la même couleur fait son apparition à Londres : le Hope. Rapidement, de forts soupçons pèsent sur cette gemme qui pourrait être, pense-t-on, le Diamant Bleu retaillé.

Mais pour avoir la certitude que les deux diamants n’en font qu’un seul, il faut attendre le XX°s. En décembre 2007, le modèle en plomb du diamant est retrouvé dans les collections minéralogiques du Museum d’Histoire Naturelle de Paris par François Farges, professeur de minéralogie. A partir de là, une enquête passionnante s’ouvre, de Paris à Golconde et de Londres à Washington. Farges acquiert la quasi certitude que le Diamant Bleu et le Hope conservé au Smithsonian Institute à Washington sont bien une seule et même gemme !

La fin de cette histoire, toute récente (en 2010 !), est très émouvante : après de longs mois de labeur, le 30 juin 2010, François Farges, Scott Sucher, lapidaire et spécialiste mondial des copies des grands diamants historiques et Horovitz, un joaillier suisse, présentent à l’Hôtel de la Marine (ex Garde-meuble), à l’endroit même où se perpétua le vol de 1792, la reconstitution à l’identique de l’insigne de la Toison d’Or dérobée pendant la Révolution, comportant le Diamant Bleu, le Côte-de-Bretagne et d’autres diamants célèbres.

Le Diamant Bleu fit l’objet de rumeurs plus farfelues les unes que les autres et de malédictions improbables qui fourniraient matière à quelques dizaines de romans ! On lui attribua de nombreux décès de personnages célèbres, morts après l’avoir porté : accidents violents et inexplicables, maladies etc. Son histoire est une légende, une épopée aux multiples rebondissements, aux zones d’ombres et de lumières. Une histoire qu’on ne se lasse pas d’écouter.

– « Les six voyages de Jean-Baptiste Tavernier… qu’il a fait en Turquie, en Perse et aux Indes… » Édition : 1676 Paris G. Clouzier et C. Barbin.
– « À la poursuite du diamant bleu », documentaire de 90 minutes, 2010, Thierry Piantanida et Stéphane Bégoin, diffusé le 30 avril 2011 sur ARTE.

Le diamant bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Transmission des Savoirs culturels & historiques